L’Épreuve

Lucidor est tombé malade à la campagne, dans le château qu’il venait d’acquérir. Angélique, la fille de Madame Argante, « concierge » du château, s’est intéressée au malade et s’est éprise de lui sans l’avouer, mais Lucidor a vu ses larmes. Revenant au château deux mois plus tard, il est décidé à épouser Angélique, ce « cœur simple, honnête et vrai », s’il peut s’assurer qu’elle l’aime pour lui-même et non pour son argent.

«L’Epreuve de Marivaux est la première pièce que j’ai eu envie de monter. L’histoire de ce jeune homme malade cherchant à interroger l’amour alors qu’il ne sait pas lui-même s’il va vivre demain m’a, dès la première lecture, touché au plus profond. La pudeur de Marivaux, la précision de son écriture qui permet de faire entendre le silence et les mots qui ne sont pas dits, son humour aussi, tout cela a trouvé en moi un écho singulier. Il m’aura pourtant fallu plusieurs années et deux rencontres particulières pour me décider finalement à la porter à la scène. La première de ces deux rencontres, c’est bien entendu ma rencontre avec Patrice Chéreau. En 2004, après le tournage de Gabrielle, celui-ci me propose de travailler à ses côtés sur sa mise en scène de Così Fan Tutte de Mozart. Pendant près de deux ans, d’Aix-en-Provence à Paris et Vienne, je me suis plongé dans le XVIIIème siècle de Da Ponte et Marivaux, guidé par Chéreau dont les mises en scène de La Dispute et de La Fausse Suivante ont considérablement modifié notre regard sur le dramaturge français. La seconde rencontre est une rencontre avec un rôle. En 2010, Muriel Mayette me demande de jouer Azor dans sa mise en scène de La Dispute à la Comédie-Française. J’ai alors éprouvé concrètement mon attachement à ce théâtre et ma proximité avec cette langue. Il est ainsi pour un comédien des auteurs qui vous accompagnent tout au long de votre parcours.

Après avoir monté La Critique de l’Ecole des femmes au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, il m’a semblé qu’il était temps pour moi de mettre en scène L’Epreuve.»

Clément Hervieu Léger

Télécharger le dossier de présentation du spectacle.

L’équipe

Mise en scène : Clément Hervieu-Léger
Assistante à la mise en scène: Marine Segalen
Scénographie: Delphine Brouard
Création lumières : Bertrand Couderc
Composition musicale : Pascal Sangla
Création bande son : Jean Luc Ristord
Costumes : Caroline de Vivaise
Assistantes aux costumes: Brigitte Laleouse et Françoise Dubois

Avec :
Madame Argante : Nada Strancar
Angélique : Audrey Bonnet
Lisette : Adeline Chagneau
Lucidor : Loïc Corbery de la Comédie-Française
Frontin : Daniel San Pedro
Maître Blaise : Stanley Weber

Création le 24 janvier 2012 au Théâtre du Château – Eu

Production : La Compagnie des Petits Champs

La Compagnie des Petits Champs est conventionnée par la DRAC Normandie – Ministère de la Culture et de la Communication et reçoit le soutien de la Région Normandie, du Département de l’Eure, et de l’Odia-Normandie.

Coproduction:Théâtre de l’Union – Centre Dramatique National du Limousin, Théâtre du Château – scène conventionnée d’Eu, Théâtre des 13 vents – Centre Dramatique National de Montpellier, Théâtre de l’Archipel – Scène Nationale de Perpignan, Théâtre de l’Ouest Parisien – Boulogne-Billancourt.

Les producteurs

Compagnie des Petits Champs
Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin
Théâtre du Château, scène conventionnée, Eu.
Théâtre des 13 vents, Centre Dramatique National de Montpellier
Théâtre de l’Archipel, Perpignan
Théâtre de l’Ouest Parisien, Boulogne-Billancourt.

Avec le soutien de la DRAC Haute-Normandie-Ministère de la culture et de la communication, le département de l’Eure, de la région Haute-Normandie et de l’ODIA Normandie.

Revue de Presse

« Le silence est un paradis perdu. Un spectacle vient nous le rappeler avec délicatesse, comme s’il nous le murmurait à l’oreille : L’Epreuve. » — Le Monde

« Un bijou de l’art dramatique qui montre comment le répertoire peut être intelligement revivifié » — Le Figaro

« Crépusculaire, à fleur de peau, peuplée de douleur et de silences, L’Epreuve est comme une claque à l’âme. » — Les Echos

« Une souffle fiévreux et crépusculaire passe sur cette Epreuve. Une distribution sans faille. » — Le Nouvel Observateur

« Une production excellente. La distribution est de haut talent. » — L’avant scène

« L’interprétation des comédiens est admirable. A ne pas manquer ! » — Pariscope

« Une réussite complète d’une pertinence scénique et artistique, réjouissante. » — La Provence

« L’Epreuve est traversée de rêveries romantiques visionnaires, dans l’émoi des chutes et la maladresse des corps, affleurent les aveux manifestes des sentiments profonds. » — La Terrasse